Penser un outil capable de générer un caractère à partir d’un ouvrage imprimé.

En collaboration avec le Loria (Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications), Nancy. Avec Bart Lamiroy, Eliza Barney Smith, Julien Beck, Didier Duchamp, Emmanuel Doucet et Blayid Ben Belkacem.

Les lettres reconstituées par Re‑typographe perde toute information d’approches et d’alignement au moment de leur numérisation. En se basant sur l’analyse d’un corpus restreint de caractères numériques issus de la Renaissance et sur la méthode de Walter Tracy, un programme de réglage des approches et des alignements semi-automatique a été mis en place. Un livre est un objet à la structure relativement régulière, presque programmatique. Au sein d’un ouvrage on peut identifier des modèles de compositions de pages récurrents, des constantes de taille de justification et des marges, d’emplacement du folio et des notes, etc. À la manière de la conception d’un livre, la reconstitution d’un ouvrage ancien passe par la mise en place de constantes formelles qui le caractérisent. En utilisant les données extraites par Agora des mesures objectives des «gabarits» qui structurent le document original ont été établies et reconstituées avec LaTeX.

En 2013–2014 deux hypothèses de reconstruction des lettres avaient été explorées, l’une par le contour, la seconde par le calcul d’un squelette. Afin de vérifier la validité de ces deux hypothèses et d’avoir un support de discussion tangible avec les membres du projet étrangers au domaine de la typographie, deux revivals manuels ont été entrepris. Le premier en redessinant manuellement les contours et le second de façon semi-automatique en dessinant manuellement un squelette et en lui appliquant des contours paramétriques à l’aide de l’outil Parametric Pen développé par Loïc Sander. Les lettres reconstituées par Re‑typographe à partir d’un document source sont obtenues par le calcul de l’image moyenne de chaque lettre présente dans le document, suivi de sa vectorisation. Eliza Barney Smith a travaillé à l’optimisation de l’image moyenne en testant différents algorithmes sur deux aspects majeurs du problème : la façon d’assembler ensembles des groupes de lettres et la méthode de calcul de l’image moyenne. Près de 125 combinaisons différentes pour l’élaboration de l’image moyenne d’un glyphe ont été trouvées et mise à l’épreuve. L’ensemble de ces avancées ont été compilés dans un unique programme, Re‑typographe Alpha, permettant, à partir d’une page de livre scannée d’obtenir un fichier fonte au format UFO.